Un rapport de l’Associated Press a suggéré que Google enregistre l’emplacement des utilisateurs même lorsqu’ils ne le demandent pas. Ce problème pourrait affecter jusqu’à deux milliards d’appareils Android et Apple utilisant Google pour des cartes ou des recherches. L’étude, vérifiée par des chercheurs de l’Université de Princeton, a provoqué la colère des législateurs américains.

Une pratique confirmée par les études d’Associated Press (AP)

Lorsque vous utilisez un service tel que Google Maps, Google vous demande d’autoriser l’accès aux données de localisation de votre iPhone, ou de votre téléphone Android. Lorsque vous acceptez cette demande, vous autorisez Google Maps à enregistrer votre historique de localisation, et à afficher votre historique de localisation sur une chronologie afin que vous puissiez visualiser vos déplacements quotidiens.

Pour illustrer l’effet de ces marqueurs de position, AP a créé une carte visuelle montrant les mouvements du chercheur de Princeton, Gunes Acar, qui utilisait un téléphone Android avec l’historique de localisation désactivé. La carte montre son trajet en train autour de New York, ainsi que les visites du parc High Line, du marché de Chelsea, de Hell’s Kitchen, de Central Park et de Harlem. Il a également révélé son domicile.

Pour empêcher Google de sauvegarder ces marqueurs de lieu, les utilisateurs doivent désactiver un autre paramètre appelé Web and App Activity, qui est activé par défaut et qui ne mentionne pas les données de localisation. Cette désactivation empêche Google de stocker les informations générées par les recherches, et d’autres activités susceptibles de limiter l’efficacité de son assistant numérique.

Sur un téléphone Android, le fait de basculer le même paramètre vous permet de savoir que « les lieux que vous utilisez avec vos appareils ne seront plus ajoutés à votre carte Historique de localisation ». Sur un iPhone, vous serez averti que « aucune de vos applications Google ne sera en mesure de stocker des données de localisation dans l’historique de localisation ». De plus, lorsque vous activez la définition de « Activité Web et App » sur votre compte Google, vous êtes averti que le paramètre « enregistre les tâches effectuées sur les sites, applications et services Google, ainsi que les informations associées, telles que l’emplacement. »

En réponse, Google a déclaré à AP qu’il peut utiliser l’emplacement pour améliorer l’expérience des utilisateurs de différentes manières, notamment : l’historique des sites, les activités Web et d’application, et les services de localisation au niveau des terminaux. Techniquement, Google a raison dans l’explication de chacun de ces paramètres. Les paramètres d’historique d’emplacement semblent ne concerner que la consignation effective de ces données d’emplacement sur le téléphone pour un accès facile à l’utilisateur, la possibilité d’afficher une chronologie précise de votre emplacement. Si vous désactivez cette option, cela n’affecte pas la capacité de Google à localiser votre position, et à tirer de ces données ce que l’entreprise juge nécessaire pour vous fournir des informations plus précises.

Il est assez clair avec les conclusions de l’AP que les options de paramètres, et la langue utilisée pour les décrire sont assez déroutantes pour les utilisateurs moyens d’iPhone, et d’Android. La question reste de savoir si Google clarifiera ces problèmes de confidentialité avec des options mises à jour et des informations fournies aux consommateurs.

comment créer une société offshore?