PayPal met fin à sa relation avec Alex Jones et son site Web, Infowars, a déclaré vendredi le service de paiement en ligne. Après un examen approfondi d’Infowars et de ses sites associés, PayPal a déclaré dans un communiqué que la société avait trouvé des cas de promotion de la haine ou de l’intolérance discriminatoire contre certaines communautés et religions, ce qui va à l’encontre de leur valeur d’inclusion. Pour l’instant, Infowars est toujours en mesure de vendre au moins une partie de ses produits sur Amazon et eBay, où ses paiements ne sont pas gérés par PayPal.

Une décision prise à la suite d’investigations sérieuses

Ce n’est pas la première fois que PayPal se lance dans des affaires politiquement difficiles. En 2010, l’entreprise a interrompu ses paiements à WikiLeaks. Plus récemment, PayPal a cessé de travailler avec des sites Web néo-nazis et alternatifs. Et PayPal a informé jeudi Infowars de cette décision. Ce dernier a déclaré que PayPal lui avait accordé 10 jours pour trouver une nouvelle plateforme de paiement, après quoi les services de PayPal ne fonctionnent plus. Par la suite Alex Jones a répondu dans un article de blog en stipulant que tout cela est un « stratagème politique visant à saboter financièrement un média influent ». Selon l’article, PayPal avait déclaré à Infowars que la décision avait été prise, car son site avait violé sa «politique d’utilisation acceptable».

Le porte-parole de PayPal a déclaré que sa décision allait au-delà de la violation de toute politique. Cependant, il a refusé de citer des exemples spécifiques du comportement problématique d’Infowars. Mais tout le monde en doute car ces derniers temps, Infowars a attiré de plus en plus d’attention, et de critique, pour son rôle dans la diffusion des théories du complot, et de la désinformation en ligne.

Alex Jones, bête noire des réseaux sociaux

La décision de PayPal vendredi en fait la dernière entreprise technologique à interdire à Jones et son contenu de sa plate-forme, à l’instar d’Apple, Facebook et Google. Le mois dernier, les podcasts de Jones ont été retirés d’iTunes après qu’Apple ait déclaré ne pas tolérer les discours de haine. YouTube a rapidement pris des mesures similaires contre Infowars, affirmant que Jones avait « à plusieurs reprises » violé ses conditions de service. Bien que Twitter ait initialement résisté à l’interdiction de Jones, il l’a également retiré de sa plate-forme au début du mois avec une suspension permanente, une décision irrévocable.

La décision de Twitter est intervenue quelques heures après que M. Jones ait comparu devant une audience de haut niveau du Congrès impliquant le directeur général de Twitter, Jack Dorsey, et la directrice des opérations de Facebook, Sheryl Sandberg. Au cours de l’événement, Jones a enregistré des journalistes et le sénateur Marco Rubio. Par la suite, Jones a tenté de confronter Dorsey alors qu’il sortait de l’immeuble du bureau du Sénat où l’audience avait eu lieu. Une confrontation qui a encore plus poussé le bannissement de M Jones.

comment créer une société offshore?